Parents discontinués – Frédérik Fournier

«Intrus», photographie, ©Caroline Perron, 2015, sur www.facebook.com/caroline.perron.photographies

«Intrus», photographie, ©Caroline Perron, 2015, sur http://www.facebook.com/caroline.perron.photographies

 

On a couché la p’tite dans l’tiroir d’la commode. On est pauvres de même. On l’a enveloppée dans un drap santé. On espère que ça va marcher. Qu’on va la sauver. On sait pu où se pitcher. Pourquoi on l’a mis au monde? On est pas du monde. Si on la garde, elle va mourir. Si on la donne, elle va nous haïr. On espère encore. Elle est belle quand elle dort. Une petite poupée qui attend juste de se faire aimer. On est des bâtards qui attendent sa mort. Lire la suite

Advertisements

Banquise – Julie Simard

«Constater et marcher en même temps», Acrylique sur toile montée galerie, rideau de douche, ©Brigitte Toutant, 2015, sur http://culturat.org/boutique/items/constater-et-marcher-en-meme-temps.

«Constater et marcher en même temps», Acrylique sur toile montée galerie, rideau de douche, ©Brigitte Toutant, 2015, sur http://culturat.org/boutique/items/constater-et-marcher-en-meme-temps.

 

 

La dérive. L’agitation. La lutte.

Un sourire. Un regard. Une attention particulière.

Changement radical

causal

final. Lire la suite

Terminus – Jonathan Barrette

« Bleu azur », Acrylique sur panneau de fibres de bois, ©Carole-Yvonne, 2014, sur http://culturat.org/boutique/items/bleu-azur.

« Bleu azur », Acrylique sur panneau de fibres de bois, ©Carole-Yvonne, 2014, sur http://culturat.org/boutique/items/bleu-azur.

 

Assis au débarcadère

Je te regarde

Sortir de toi

Le corps sans mensonge

 

Remisé dans ton bagage

Tu as laissé tes armes sur place

 

La présence n’est qu’allongée Lire la suite

Racines familiales – Frédérik Fournier

« Tout n’est pas noir ou blanc », Techniques mixtes recouvert d'un epoxy,  ©Véronique Doucet, 2014, sur http://culturat.org/boutique/items/tout-n-est-pas-noir-ou-blanc-hommage-a-nelson-mandela

« Tout n’est pas noir ou blanc », Techniques mixtes recouvert d’un epoxy, ©Véronique Doucet, 2014, sur http://culturat.org/boutique/items/tout-n-est-pas-noir-ou-blanc-hommage-a-nelson-mandela

 

On court après rien pis on s’enfarge dans nos lacets. Les miens sont restés pris dans une branche. J’ai abandonné mes souliers. J’ai pu besoin de courir. L’endroit m’est familier. Je me rappelle l’avoir aimé. Mon nez accueille l’odeur de la matinée. Mes oreilles captent le son de la chute à grands remous. Mes doigts effleurent chaque feuille de l’érable boréal. Mes papilles se délectent de la poire sauvage. Elle éclate dans ma bouche. Mes yeux revoient la caverne qui est dans le trou, cachée dans le rocher. L’endroit m’est familier. Lire la suite

Zéro – Julie Simard

« Comme dans un film d’horreur », photographie, ©Caroline Perron, 2015, sur http://carolineperron.tumblr.com/

« Comme dans un film d’horreur », photographie, ©Caroline Perron, 2015, sur http://carolineperron.tumblr.com/

 

Il marche. Impossible d’arrêter.

Il marche. Il doit marcher. Le tunnel est immense. Quelques lumières éparses se réverbèrent sur son visage. Le tunnel se prolonge.

Il marche toujours, d’un pas assuré, déterminé. Dans la pénombre, il scrute, inspecte et analyse. D’un œil habitué, il détecte toute anomalie. Ce tunnel, il l’a construit et reconstruit par la pensée à des centaines de reprises. Lire la suite

Un rorqual excommunié – Claude Boulianne

« Rue Principale : hier et aujourd’hui », photographie, ©Stéphane Fortin, 2015, sur www.facebook.com/fortinphotographie.

« Rue Principale : hier et aujourd’hui », photographie, ©Stéphane Fortin, 2015, sur http://www.facebook.com/fortinphotographie.

 

Une bonne fois, je vais repartir d’ici.

Je me suis arrêté en pleine tempête dans le premier hôtel de Rouyn. Le sac à dos à moitié vide, son satané parfum était encore partout dans mon Volks.

Je m’endure ici depuis quatorze ans, je regarde jamais au loin de peur de rien voir. Je laisse filtrer mes fanons en m’arrachant la vie avec du bonheur émietté. Lire la suite

« Est-ce que t’as un chat? » – Benjamin Turcotte

«Puis, j’ai recommencé à ressentir mon sang circuler», Acrylique sur toile montée galerie, aiguilles, ©Brigitte Toutant, 2015, sur http://culturat.org/boutique/items/puis-jai-recommence-a-ressentir-mon-sang-circuler.

«Puis, j’ai recommencé à ressentir mon sang circuler», Acrylique sur toile montée galerie, aiguilles, ©Brigitte Toutant, 2015, sur http://culturat.org/boutique/items/puis-jai-recommence-a-ressentir-mon-sang-circuler.

 

Je n’ai jamais eu de chat, et je n’ai jamais été aussi content d’avoir une aversion pour la race féline que ce jour-là. Quand elle m’a embrassé devant le bar de karaoké, elle m’a scié les jambes. Je savais bien qu’elle était allergique. Elle s’invitait chez moi.

Les passants qui nous apercevaient, enlacés comme si le monde venait à sa fin, ces gens-là devaient se dire que nous formions un beau couple, comme des amoureux de films dans une histoire à faire rêver. Ils ne pouvaient savoir que j’étais seul depuis des mois, qu’elle enfilait les histoires insensées depuis que l’on se connaissait et que, quand elle se faisait laisser,  c’était moi qui la tirais de la tempête dans laquelle elle s’enfonçait.  Puis, inévitablement, elle repartait avec un autre aussitôt le moral retrouvé. Lire la suite