« Est-ce que t’as un chat? » – Benjamin Turcotte

«Puis, j’ai recommencé à ressentir mon sang circuler», Acrylique sur toile montée galerie, aiguilles, ©Brigitte Toutant, 2015, sur http://culturat.org/boutique/items/puis-jai-recommence-a-ressentir-mon-sang-circuler.

«Puis, j’ai recommencé à ressentir mon sang circuler», Acrylique sur toile montée galerie, aiguilles, ©Brigitte Toutant, 2015, sur http://culturat.org/boutique/items/puis-jai-recommence-a-ressentir-mon-sang-circuler.

 

Je n’ai jamais eu de chat, et je n’ai jamais été aussi content d’avoir une aversion pour la race féline que ce jour-là. Quand elle m’a embrassé devant le bar de karaoké, elle m’a scié les jambes. Je savais bien qu’elle était allergique. Elle s’invitait chez moi.

Les passants qui nous apercevaient, enlacés comme si le monde venait à sa fin, ces gens-là devaient se dire que nous formions un beau couple, comme des amoureux de films dans une histoire à faire rêver. Ils ne pouvaient savoir que j’étais seul depuis des mois, qu’elle enfilait les histoires insensées depuis que l’on se connaissait et que, quand elle se faisait laisser,  c’était moi qui la tirais de la tempête dans laquelle elle s’enfonçait.  Puis, inévitablement, elle repartait avec un autre aussitôt le moral retrouvé.

Nous n’étions pas une histoire d’Hollywood.

Nous avions presque couru jusque chez moi. Elle n’avait pas perdu de temps pour ficher sa langue contre la mienne après que j’aie ouvert la porte de l’appartement. Elle n’en avait guère pris plus pour me dévoiler ses sous-vêtements, et encore moins pour les faire disparaître. Des abysses s’ouvraient en nous à mesure que nos lèvres goûtaient nos corps. Elle n’était qu’une nymphe sur mon lit , et je n’avais pas la force d’Ulysse.

J’ai plongé en prenant une grande respiration  et je l’ai tenue longtemps, alors que mon sexe allait et venait en elle. Le roulis de ses hanches, le ressac de nos corps l’un contre l’autre. J’ai essayé très fort de ne pas me noyer. Le réflexe était trop fort, j’ai ouvert la bouche et j’ai empli mes poumons de son parfum.

Quand elle s’est répandue sur le lit, je savais déjà qu’elle n’y reviendrait jamais.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s