Le rez-de-chaussée – Catherine

«Témiscamingue», photographie, ©Stéphane Fortin, 2015, sur www.facebook.com/fortinphotographie

«Témiscamingue», photographie, ©Stéphane Fortin, 2015, sur http://www.facebook.com/fortinphotographie

 

 

Inconfortable sur la chaise de plastique brun, mes muscles se passent le flambeau pour éviter que je ne m’affaisse, m’enfonce, m’écroule, m’effondre. Ma tête est un massif de  peine ; mes yeux restent secs sous des envies de déluge.

La pièce, déjà petite, devient cage d’ascenseur.

J’étouffe.

La lumière de ses yeux bleus m’empêche de paniquer, la chaleur de son corps près du mien me rassure. C’est si peu, dans cet océan de différence, mais c’est tout ce qui compte.

Parlez-moi de Ninja Turtles, d’hélicoptères espions, de jokes de pets.

 

Parlez-moi de bandes-dessinées bébé la-la, de pousse-mines qui lancent des flèches, de bombes dans la piscine à côté de matante Chantal qui fume des tops et se fâche pour rien.

 

Parlez-moi de légumes à passer au blender dans la sauce à spagh parce que « j’aime pas ça les champignons », d’un examen de mathématique raté, d’une bataille de p’tits gars dans une ruelle de Noranda.

 

Mais taisez-vous…

 

Taisez-vous avec vos mots trop grands pour ses neufs ans et même pas toutes ses dents.

 

Taisez-vous avec cette drogue que l’on administre à ceux qui en ont vu d’autres. Cette drogue que je choisis de lui donner entre deux bouchées de crème glacée parce que je me dis qu’au moins, il mange plus de dessert que l’enfant qui aura eu plus de chance.

 

Taisez-vous avec ces masses que vous accrochez à mon capteur de rêves maintenant lourd de doutes et qui, une à une, me tombent dans l’estomac.

 

Viens mon lion, embarque dans l’ascenseur. Prends toute la place, elle te revient.

 

Nous ne descendrons plus dans la noirceur et choisirons l’étage des câlins et des bisous faciles.

Nous irons là où le temps n’a pas d’importance, où tu pourras être sans contrainte.

Nous chatouillerons les oiseaux que tu imites si bien et ferons un doigt d’honneur à tous ceux qui n’aiment pas le yogourt et le patinage artistique.

 

Nous serons ensemble parce que c’est tout ce que nous avons, et nous chanterons l’amour pour enterrer la solitude.

Le rez-de-chaussée, c’est pour les autres.

 

Ce texte s'est mérité la mention «coup de coeur» du jury

Ce texte s’est mérité la mention «coup de coeur» du jury

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s